J’ai déjà vu passer une étude intéressante qui a révélé que la caféine n’améliorerait pas le recrutement des unités motrices ni la mécanoréception des muscles biceps.

Ceci étant dit, ce manque de résultats pourrait être dû à une masse musculaire trop faible étudiée. Une étude du Journal of Strength and Conditioning Research a heureusement récemment exploré ce sujet plus en détail !

Voyons ce qu’elle nous révèle.

Le raisonnement qui sous-tend la nouvelle étude est que l’impact de la caféine sur la musculature peut n’atteindre son importance que dans de grands groupes musculaires ou lorsqu’elle est utilisée avec le temps. Dans les efforts de longue haleine comme l’entraînement d’endurance, la caféine est unanimement une aide ergogénique.

Cependant, dans les essais de puissance et de force, les effets sont moins clairs.

Si la principale zone d’influence de la caféine est le système nerveux, il va de soi que les muscles ayant un plus grand nombre d’unités motrices seront davantage influencés par la caféine. Les auteurs se sont penchés sur cette question en espérant bien dissiper une partie de la confusion qui régnait dans le passé dans la recherche.

Conception de cette étude

Seize jeunes hommes ayant reçu un entrainement ont participé à cette étude. Ils ont été choisis en partie parce qu’aucun d’entre eux n’était un gros consommateur habituel de caféine. En moyenne, ils consommaient 300 mg de caféine ou moins par jour, ce qui équivaut à quelques tasses de café.

Pendant le test, chacun des sujets a consommé 6mg de caféine par kilogramme de poids corporel. Pour un homme de 90kg, cela représente environ 540 mg de caféine.

Les autres sujets ont consommé un placebo à la place.

L’ordre des tests a été aléatoire. Trente minutes après l’ingestion de caféine, la contraction volontaire maximale de chaque participant a été enregistrée pour les quadriceps, les mollets, les biceps et les fléchisseurs du poignet.

Résultats de cette étude

La caféine a considérablement amélioré le couple de pointe pour tous les groupes musculaires du haut et du bas du corps.

Bien que le recrutement de l’unité motrice n’ait pas semblé significatif dans l’étude précédente mentionnée ci-dessus, dans cette nouvelle étude, il semblait fonctionner même pour les biceps et les fléchisseurs du poignet, qui étaient les plus petits des muscles étudiés.

Il y avait une tendance à ce que les muscles plus gros tirent un plus grand avantage de la caféine, mais cela n’a pas atteint son importance.

Les résultats de l’amélioration de l’utilisation de la caféine par rapport au placebo ont été les suivants, dans l’ordre du plus grand groupe musculaire au plus petit.

Ces résultats suggèrent que quelle que soit la cause exacte de l’amélioration de la performance musculaire due à l’ingestion de caféine, une petite différence s’ajoute au nombre de fibres musculaires que vous utilisez.

L’étude a conclut : “une dose modérée de caféine améliore la force maximale de contraction volontaire chez les hommes entraînés en résistance, peu importe l’emplacement du groupe musculaire, alors que l’influence de la taille du groupe musculaire demeure incertaine. Cette recherche peut être utile pour les athlètes de compétition et de loisir visant à augmenter la performance force-puissance.

Une nouvelle raison de consommer un espresso avant un entrainement ?

L’étude en question : Effect of Caffeine Ingestion on Maximal Voluntary Contraction Strength in Upper- and Lower-Body Muscle Groups