Les athlètes d’élite sont vraiment différents de vous et moi. Ou, du moins, leurs microbes intestinaux le sont.

Les scientifiques qui ont analysé des échantillons de selles de 15 coureurs avant et après leur participation au marathon de Boston en 2015 ont trouvé des niveaux anormalement élevés d’un microbe particulier par rapport à 10 participants non-sportifs.

Les niveaux du microbe en question, Veillonella, ont augmenté après une séance d’entraînement intense et ont bondit après le marathon.

C’était un moment décisif pour les scientifiques, car la bactérie est connue pour se décomposer et manger du lactate, un métabolite que même les coureurs ordinaires assimilent à de la fatigue.

Veillonella agit comme un “puits métabolique” pour le lactate, soupçonnent les scientifiques, transformant en carburant le sous-produit des muscles qui travaillent, que les coureurs blâment pour leurs jambes endolories dans la dernière partie des courses de longue distance.

La bactérie transforme le lactate en propionate, un acide gras à chaîne courte qui est une source d’énergie et peut aussi être un anti-inflammatoire, a rapporté lundi une équipe de scientifiques affiliés à Harvard dans Nature Medicine.

En théorie, cela crée une boucle rétroactive :

  • lorsque les athlètes font de l’exercice, ils produisent constamment du lactate.
  • ils créent également une niche dans leur microbiome pour les organismes qui peuvent utiliser le lactate comme source d’énergie primaire.

Après avoir confirmé chez 87 autres athlètes ce qu’ils ont trouvé chez les marathoniens, les chercheurs ont ensuite montré (chez la souris) que la colonisation des animaux de laboratoire avec une souche de Veillonella prélevée chez l’un des athlètes d’élite a provoqué une augmentation de leur endurance sur tapis roulant de 13%.

Cette amélioration n’a peut-être pas l’air comme ça, mais les athlètes qui s’efforcent de réduire de quelques secondes leurs PB la qualifieraient probablement d’énorme, si de plus grandes études venaient à confirmer ces résultats.

Cette étude représente un mécanisme hypothétique mais personne n’a encore montré comment le microbiome peut influencer la physiologie de l’hôte durant les périodes extrêmes d’activité. Nous avons en fait proposé un mécanisme similaire dans le passé ” a déclaré Jack Gilbert, professeur à l’École de médecine de l’Université de Californie à San Diego.

Nous savons déjà que les microbes peuvent faire fermenter les aliments et produire des métabolites qui peuvent améliorer la condition physique et renforcer les muscles. Cette étude fournit des preuves convaincantes à l’appui du métabolisme du lactate en tant que composante clé de la performance extrême des athlètes.” poursuit il.

Dans ses propres recherches, Orla O’Sullivan de l’University College, Cork, en Irlande, a également constaté une augmentation du nombre de bactéries de la famille Veillonella chez les joueurs de rugby.

Cette publication s’ajoute aux résultats précédents qui ont montré que les athlètes ont des microbiomes différents de ceux des personnes sédentaires” a-t-elle dit, ajoutant qu’il y a encore un long chemin à parcourir pour voir pourquoi et comment cela se produit.

Est-ce que votre microbiome aide à déterminer si vous pouvez être un athlète, ou est-ce que le fait d’être un athlète influence votre microbiome ? L’histoire de l’œuf et la poule !

L’amélioration de l’endurance observée uniquement chez les souris se manifestera-t-elle aussi chez les humains ?

Reste aussi à voir si le phénomène se produit uniquement chez les athlètes d’endurance ou dans tous les sports.

Certains des coauteurs de l’étude Nature Medicine poursuivent deux voies divergentes sur la base de leurs premiers résultats, qui, selon eux, doivent être testés dans des essais de plus grande envergure.

Jonathan Scheiman, qui a dirigé la recherche alors qu’il était stagiaire postdoctoral dans le laboratoire du généticien George Church, a cofondé l’an dernier avec Church une biotechnologie appelée Fitbiomics. Basée à New York, la startup a pour objectif de commercialiser des probiotiques.

Pour Fitbiomics, notre cible n’est pas vraiment les athlètes d’élite. C’est tout le monde qui veut simplement être en meilleure santé, plus actif et plus en forme. Nous commencerons par la santé et la nutrition des consommateurs – nous pourrions peut-être nous étendre à des applications thérapeutiques.

Aleksandar Kostic, auteur principal du Joslin Diabetes Center, pense que leurs découvertes sur ce qui est unique dans les microbiomes des athlètes en super santé pourraient aider à prévenir la maladie. Kostic détient une participation dans Fitbiomics.

La capacité de faire de l’exercice physique est fortement corrélée à la diminution du risque de maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires et le diabète “, a dit M. Kostic.

Si nous pouvons augmenter la capacité d’exercice d’une personne en apportant une simple modification à son microbiome, peut-être en introduisant Veillonella comme probiotique, cela pourrait avoir un impact médical important pour réduire le risque de maladie chronique.

Ne cherchez pas encore Veillonella. Kostic et Scheiman soulignent que les athlètes de haut niveau qu’ils ont testés n’avaient pas tous des taux élevés de Veillonella. Et il y a peut-être de meilleurs microbes à poursuivre…

To be continued !

Source de l’étude en question