No pain, no gain, c’est bien, mais se donner trop à fond en salle de sport pourrait bien avoir des conséquences néfastes sur l’humeur globale, la santé et bien sûr, les performances (contre productif n’est il pas ?).

On ne parle pas là d’une séance isolée, mais bien de plusieurs efforts trop intenses dans une semaine sportive trop chargée, zoom sur le phénomène de sur entrainement et ses conséquences…amis bigorexiques, c’est pour vous !

1. Des résultats qui stagnent…ou régressent

L’une des joie du fitness est tout de même de constater les effets de son programme d’entrainement sur son corps dans le miroir. On ne va pas se mentir, si on le fait, c’est d’une part pour la santé, et d’autre part, pour l’apparence.

Mais il y a une limite (au delà d’un autre phénomène bien connu qui est le plateau) avec le sur entrainement, et pour la comprendre, vous devez voir ce dernier comme une sous récupération.

Vous savez que la récupération est un pilier de la prise de masse, et si vous la négligez, vous mettez alors en péril vos résultats, et votre santé aussi, potentiellement, sur le long terme. Des muscles moins reposés sont de muscles fragilisés.

Donc vous sur entraînez revient à vous “sous-reposer”, et donc à augmenter vos risques de blessures et d’atteindre un plateau dans votre progression.  

2. Une perte d’énergie

Vouloir allez toujours plus vite toujours plus fort vous fera peut être paraître plus en forme dans votre short de bain cet été mais vous pourriez également en payer le prix et vous voir dépourvu d’énergie, voir légèrement dépressif…

Une étude publiée dans le “journal of Experimental Biology” a montré que les volontaires hommes qui poussaient leurs entraînements au delà de leurs limites augmentaient leurs niveaux de créatine kinase (CK) par 5 ! En gros c’est une enzyme qui joue un rôle dans l’anxiété, vous ne voulez pas l’augmenter !

3. Attention avec les séances isolées

Vous avez déjà travailler tous vos groupes musculaires et partez pour un special Friday Arm Training de l’espace avant de partie en week-end ?

Est-ce vraiment efficace ?

Les groupes musculaires spécifiques ne peuvent faire face qu’à un certain degré d’adaptation dans un laps de temps donné, donc partir sur 6 sets ne seront pas “deux mieux que trois sets”, ça ne fonctionne pas ainsi.

La meilleure stratégie reste toujours de mélanger un peu les groupes musculaires. Peut être devriez-vous plutôt considéré un petit cardio avec une partie de foot entre amis ?

4. Des conséquences graves, rapides et durables !

Le sur entrainement peut également conduire à des problèmes érectiles, à des troubles du sommeil, mais aussi de l’hypertension. Et je ne vous parle pas là de quelque chose qui se développe sournoisement au fil du temps, 2 semaines de sur entrainement peuvent suffire !

Je ne parle même pas du déclin dans vos performances athlétiques…

Continuez ainsi pendant un mois ou deux et c’est le burnout sportif qui vous guette. Le simple fait d’arrêter immédiatement toute activité sportive ne permettrait même pas de tout inverser au niveau des dégâts causés, cela pourrait prendre des années selon Sport Medicine !

Ce qu’il faut retenir

La progression et le succès dépendent du long terme et de la stabilité.

Comme on le dit toujours, ce n’est pas un sprint, mais un marathon, comme dans le cas d’une perte de poids. Vous ne pouvez pas simplement compter sur une stratégie où vous allez tout donner sur de courtes périodes, puis être à l’arrêt parce que vous en aurez trop fait et que vous serez contraint de réduire le volume et l’intensité de vos trainings.

Oui, c’est à la salle que vous travaillez vos fibres musculaires, mais c’est plus que jamais à la maison que vous devenez plus fort et plus grand, en accordant à vos muscles la récupération dont ils ont besoin.

Gardez à l’esprit que e problème de sur entrainement vient bien souvent du volume, pas de l’intensité. De fait on pourrait revoir le fameux “Go hard or go home” en “Go hard, but be sure to go home, too”.