Une infection urinaire peut être très douloureuse et même avoir des conséquences graves si elle n’est pas traitée à temps.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces infections qui touchent particulièrement les femmes adultes, nous vous invitons à lire cet article dans lequel nous répondons aux principales questions que vous pouvez vous poser à ce sujet.

Rappel sur l’infection urinaire

Ce qu’on appelle une infection urinaire, ou « cystite », est une infection provoquée par l’entrée dans le système urinaire de bactéries externes. Celles-ci peuvent pénétrer dans l’organisme à partir de l’urètre ou, plus rarement, du système sanguin. En général, les défenses de l’organisme et des mictions régulières permettent d’éliminer rapidement ces bactéries avant qu’elles prolifèrent et provoquent une infection.

Mais si elles progressent et s’installent dans l’un des organes du système urinaire, l’infection pourra alors débuter en manifestant rapidement des symptômes, dont les plus courants sont les douleurs et les sensations de brûlure lors des mictions.

Quels types d’infections urinaires existe-t-il ?

Il est possible de distinguer 3 types d’infections urinaires (1) en fonction de l’organe du système urinaire touché :

  • La cystite infectieuse : c’est le type le plus courant, qui ne touche pratiquement que les femmes. Elle est provoquée par l’inflammation de la vessie, où des bactéries intestinales présentes dans l’anus ont réussi à migrer. L’urètre, qui est l’organe à travers lequel les micro-organismes se déplacent jusqu’à la vessie, est en général enflammé lui aussi.
  • L’urétrite infectieuse : dans cette situation, c’est l’urètre uniquement qui est touché. Cette infection est plus courante chez les hommes et peut parfois s’accompagner d’une prostatite, qui est une inflammation de la prostate.
  • La pyélonéphrite : ce type d’infection urinaire est le plus grave et peut atteindre le rein ainsi que ses bassinets. Généralement, elle survient lorsqu’une cystite n’est pas ou mal traitée, permettant alors la migration des bactéries jusqu’aux reins.

Qui sont les personnes les plus touchées ?

Les infections urinaires ne touchent pas toutes les personnes de façon égale. Deux facteurs sont déterminants : l’âge et le sexe.

Les femmes sont beaucoup plus prédisposées que les hommes à avoir de telles infections, pour une raison simple : leur anatomie. Étant donné la proximité entre l’urètre, l’anus et le vagin, les fameux micro-organismes externes peuvent entrer dans l’organisme plus facilement. En outre, pour atteindre la vessie, ils n’ont qu’à traverser l’urètre qui est très court chez la femme : à peine 3,5 cm contre 15 cm chez les hommes.

Au contraire, chez les bébés de moins d’un an, ce sont ceux du sexe masculin qui présentent un plus grand taux d’incidence, en raison du phénomène de reflux vésico-rénal dont ils font souvent l’objet à cet âge. En général, ce reflux est provoqué par une malformation des uretères.

Parmi les hommes, il est possible de constater que les plus touchés sont les individus plus âgés et qui présentent des problèmes de prostates.

Quels sont les principaux symptômes ?

De nombreux symptômes devraient vous faire tirer la sonnette d’alarme. N’hésitez pas à prendre un rendez-vous chez votre médecin traitant si vous sentez ou vérifiez les symptômes suivants :

  • Des brûlures ou douleurs lors des mictions
  • Un besoin fréquent d’uriner, de jour et parfois la nuit
  • La sensation de vouloir uriner même juste après une miction
  • La présence de sang dans l’urine

Ces symptômes ne représentent en général pas de gravité significative s’ils sont traités à temps. Mais il y a une exception : les pyélonéphrites peuvent occasionner des cicatrices rénales, de l’hypertension artérielle ou même une insuffisance rénale. Le mieux est donc d’être vigilant en cas de suspicion d’infection urinaire.

Qu’est-ce qui peut provoquer une infection urinaire ?

Les bactéries responsables des infections urinaires ne sont pas des mêmes souches si l’on compare les sujets non hospitalisés des sujets hospitalisés (2).

La bactérie intestinale Escherichia coli est responsable de 80 % des cystites chez les femmes adultes et est facilement traitable par antibiotique.

Chez les patients hospitalisés, la situation peut être plus grave, car ils peuvent développer, en plus des Escherichia coli et des staphylocoques, d’autres bactéries très agressives nécessitant un traitement plus complexe. Parfois, des champignons sont également détectés.

Dans quelles situations est-il possible de développer une infection urinaire ?

En règle générale, les personnes les plus prédisposées aux infections urinaires sont les personnes souffrant de :

  • Diabète
  • Obstruction urinaire
  • Maladie d’ordre neurologique
  • Maladie sexuellement transmissible (MST)
  • Anomalie de l’appareil urinaire

Certaines conditions sont également propices au développement de ces infections :

  • La grossesse
  • La menstruation
  • L’alitement ou le port d’une sonde urinaire
  • Une hygiène inadaptée
  • L’insertion d’objets dans les organes génitaux

Comment est fait le diagnostic ?

traitements infection urinaire

Chez la femme qui a déjà présenté un premier épisode d’infection urinaire, le traitement sera institué sans que de nouveaux prélèvements et tests en laboratoire soient nécessaires.

Dans le cas d’enfants et de patients hospitalisés qui présentent des infections à répétition (3), il conviendra de déterminer quelle est la bactérie responsable et d’identifier les situations qui les provoquent.

Une analyse en laboratoire d’un échantillon d’urine est donc systématiquement prescrite, afin de sélectionner l’antibiotique le plus adéquat. Dans certaines situations, des analyses complémentaires et examens plus approfondis pourront être effectués.

Comment soigner une infection urinaire ?

Le traitement par antibiotique est indiqué dès lors que la bactérie en cause est identifiée, les substances les plus fréquemment utilisées étant les fluoroquinolones.

Si l’infection surgit chez une femme enceinte, l’antibiotique sera soigneusement sélectionné par le médecin traitant, car nombreux sont ceux contre-indiqués lors de la grossesse.

Enfin, chez les hommes, le traitement devra être ciblé au cas par cas, car l’infection est en général associée à la présence de calculs rénaux et d’une augmentation du volume de la prostate.

Quelles mesures adopter afin de prévenir les risques d’infection urinaire ?

Les infections urinaires ne sont pas une fatalité. S’il n’est pas toujours possible de les éviter, voici quelques mesures que vous pourrez adopter afin de réduire leur fréquence :

  • Ingérer des liquides pour bien s’hydrater. Éviter les boissons avec un effet irritant sur la vessie, comme l’alcool et le café.
  • Adopter une hygiène intime soignée et adaptée, avec des produits doux et sans parfum.
  • Se nettoyer dans le sens du vagin vers l’anus.
  • Uriner fréquemment et ne pas retarder les envies d’uriner.
  • Uriner après une relation sexuelle.
  • Privilégier les douches aux bains et l’usage de serviettes hygiéniques ou de coupes menstruelles aux tampons.
  • Utiliser des sous-vêtements confortables et en coton pour maintenir la zone intime parfaitement sèche et suffisamment aérée.
  • Corriger, si possible, les malformations anatomiques qui favorisent l’apparition des infections.

Références :